Produire et éduquer

30/04/2018

Production maraichère et ferme pédagogique à Bessenay (69)

 

 

Ancien horticulteur, Florent Grillet est depuis 2008 producteur maraîcher labellisé Agriculture Biologique et transformateur de légumes, de fruits et de plantes aromatiques à Bessenay, capitale de la cerise dans les Monts du Lyonnais. Magasin de producteur, AMAP et ventes directes sont les principaux canaux de distribution de Graines d'arômes. Des écoles viennent aussi y découvrir la ferme pédagogique. Un excellent moyen de reconnecter le public à la terre, à l'environnement mais aussi à l’origine de notre alimentation !

 Comment se répartissent vos activités ?

Je pratique à Bessenay la multiplication des plantes ainsi que l’animation de ma ferme pédagogique. A Chaponost, je produis mes légumes et pratique la vente directe. A Duerne, je valorise les invendus par la transformation. Je vends exclusivement ma production et ne pratique pas de complément d’offre de fruits et légumes provenant d’autres producteurs.

Qu’est-ce qui fait la spécificité de votre production ?

Tous mes fruits et légumes sont cultivés en bio. Prochainement, je compte acheter 4 ha à Chaponost afin d’y cultiver mes propres engrais verts à base de légumineuses, dans le but de remplacer sur mon exploitation la fumure animale par de l'engrais végétal. Comme il n’y a pas d’élevage sur l’exploitation, je dois faire sans les animaux ! Il faut également que je  repense la rotation de mes cultures en introduisant des légumineuses pour "nourrir" mes légumes. 

Votre modèle économique vous convient-il ?

Je touche un salaire depuis seulement 4 ans. Le temps de mettre en place un cycle cultural régulier et de renflouer une partie de mes investissements, il m’a fallu quelques années pour atteindre un rythme économique "de croisière". Je suis associé du magasin de producteur de Sainte-Foy-lès-Lyon «Au garde manger». Ce qui permet un débouché sûr et régulier de ma production. Je mets également en conserve mes légumes invendus, déclassés. Après récolte, je lave, épluche, coupe et congèle les légumes puis attends l’hiver pour les mettre en conserve. Le volet transformation représente 12 à 13% de mon chiffre d’affaire. Cela permet de ne rien jeter. Et je suis moi-même associé du laboratoire collectif de transformation que j’utilise 12 jours par an et qui est utilisé le reste du temps par les autres associés.

Quelles garanties goût et santé attribuez-vous à vos produits ?

Plusieurs clients m’ont dit avoir retrouvé chez moi le vrai goût de la carotte et même de la pomme de terre ! Mes fruits et légumes sont récoltés au plus tôt la veille et se retrouvent dans les paniers AMAP (Association pour le maintien d'une agriculture paysanne) ou sur l’étal du magasin de producteur de Ste-Foy. On a ici la garantie de produits récoltés à maturité et ultra-frais. Ce qui donne aussi une garantie pour le goût et la santé. Un bémol cependant pour les produits transformés : la stérilisation de mes légumes avec un autoclave ne permet pas de préserver totalement le goût authentique du produit. Je cherche actuellement à améliorer la technique afin que par exemple ma soupe de légumes ait le goût d’une véritable soupe maison ! Je pratique aussi la lacto-fermentation pour le chou et le navet. Cette méthode de conservation est de plus en plus demandée par les consommateurs pour ses vertus nutritionnelles et gustatives. Je compte développer ces méthodes pour d’autres légumes.

A quoi ressemble votre ferme pédagogique ?

J’organise pour les classes et les centres de loisirs mes animations autour de mes jardins de démonstration ludique. Je raconte l’histoire et la biologie des végétaux mais aussi le fonctionnement des écosystèmes qui leur sont associés sans oublier l’aspect social que le potager peut avoir. Je montre aux enfants des pucerons et des auxiliaires (leurs prédateurs). Ce sont les classes de maternelle et de primaire que j’accueille le plus souvent. J’aimerais accueillir davantage de collégiens et lycéens mais il est plus difficile de les faire venir sur mon exploitation. 

D’autres projets ?

Sur mon site de Bessenay, une production de spiruline, micro-algue de couleur vert-bleue, connue pour ses grandes vertus nutritionnelles, va bientôt démarrer. Produite dans des bassins adaptés à son développement, elle sera séchée à basse température pour conserver toutes ses propriétés.

Comment voyez-vous l’avenir de votre profession ?

Je suis plutôt optimiste. La vente directe et les produits de qualité ont un bel avenir devant eux, car la demande ne cesse d’augmenter. Mais pour continuer à lutter efficacement contre les maladies en agriculture biologique, encore faut-il faut poursuivre la recherche sur la résistance végétale.  Il n’y a par exemple plus assez d’avancées scientifiques en matière de lutte naturelle contre le mildiou (travail sur la résistance variétale par exemple). Il faudrait aussi davantage faire connaître nos magasins de producteurs. Même si la demande dépasse l’offre aux abords des grandes villes, il faut régulièrement renouveler une clientèle qui habite temporairement le territoire et faire connaître auprès d’une clientèle actuellement non captive les vertus des produits vendus dans ce type de magasin.

Un contact pour se procurer vos produits et venir dans votre ferme pédagogique ?

http://www.f-grillet.fr/

http://www.augardemanger.fr/

Santé-Goût-Terroir

 

Please reload

19-20 octobre 2019, Villars-les-Dombes (01)

Journée "Poissons de Dombes"

Découverte de la Dombes à travers un week-end thématique autour de ses étangs, de ses poissons et de sa technique de pêche unique. Événement organisé par l'APPED, l'occasion pour le public d'accéder à des étangs moins connus pour assister à des pêches commentées et déguster des produits locaux.  C'est aussi le moment de découvrir les deux ateliers de transformation de la région et également les menus Poissons de Dombes® concoctés dans les restaurants partenaires.

Publics : tous public 
Tarif : Certaines animations seront payantes

http://www.poissonsdedombes.fr/

22-23 novembre 2019, Tours (37)

15e Rencontres Rabelais : Quelle éducation au goût pour la jeunesse ?

Quelle éducation au goût pour la jeunesse ? Comment transmettre aux plus jeunes, qu’ils soient dans le primaire, le secondaire ou à l’université, qu’ils soient dans le cercle familial ou en dehors de celui- ci, les principes qui fondent une alimentation bonne pour la santé et bonne pour la planète ? Comment faire prendre conscience à nos enfants et nos ados que la cuisine est aussi un territoire culturel où se resserrent les liens sociaux et qui permet l’ouverture aux autres ? Ce ne sont pas d’anodines questions qui agiteront les 15e Rencontres François Rabelais placées sous le haut patronage du Ministre de l’Éducation nationale, Monsieur Jean-Michel Blanquer. 

Entrée libre et gratuite

Villa Rabelais

116 boulevard Béranger 37000 Tours 

http://iehca.eu/sites/default/files/15emes_rencontres_francois_rabelais_-_22_et_23_novembre_2019_.pdf

22 fév-1er mars 2020, Paris

Alors que le nombre de paysans ne cesse de diminuer et que les prévisions à moyen terme sont pessimistes, le secteur agricole montre de nombreux signes de dynamisme parmi lesquels des innovations en pointe, des développements grâce à la digitalisation, un nombre croissant d’AOP et d’IGP, des jeunes générations de mieux en mieux formées, des offensives à l’export, ou encore un secteur bio performant…. Dans ce contexte, il est important de retisser les liens, montrer l’agriculture telle qu’elle est, donner l’envie de rejoindre le secteur et surtout, de transmettre ce qui fait la force et l’identité du monde agricole français : ses exploitations bien sûr, ses valeurs et ses savoir-faire.

Salon international de l'agriculture, de l'élevage, des cultures et filières végétales et des produits des régions de France

Parc des expositions, Porte de Versailles, 75015 Paris

9-19h

Please reload